Bundesheer Bundesheer Hoheitszeichen

Instagram
flickr
YouTube
facebook-button
Bundesheer auf Twitter

R√©sum√©: Conduite g√©n√©raledes op√©rations des Alli√©s lors de la guerre contre l’Irak en 2003

Philipp Eder/Bruno Günter Hofbauer

La guerre en Irak constitue le point final provisoire du développement de l’art du commandement occidental moderne, art qui a vécu une renaissance de la conduite générale des opérations lors des dernières décennies. La Guerre du Golfe en 1990/91 était déjà un cas typique d’opérations libres, celles-ci vécurent leur apogée lors de la guerre contre l’Irak en 2003 fortement inspirées par le style de commandement de Rumsfeld, le Ministre de la Défense.

La planification de l’opération a été réalisée par le commandement central américain (USCENTCOM) ayant son siège à Tampa en Floride et qui identifia les capacités de commandement de Saddam Hussein en tant que centre de gravité stratégique irakien.

Après que les décisions de principes pour la guerre eurent été prises en septembre 2002, l’USCENTCOM utilisa toute une série d’exercices afin d’augmenter la pression sur l’Irak et pour déplacer des troupes et des engins dans la région. La base aérienne au Katar qui prit une importance croissante après la position hésitante de l’Arabie-Saoudite, joua dans ce cas un rôle considérable. Le branle-bas de combat eut lieu le 24 décembre 2002 avec l’alerte de la masse des divisions actives par le Ministre de la défense, Rumsfeld. Jusqu’en février 2002, environ 200.000 hommes étaient déployés, dont la moitié d’entre-eux au Koweït.

La véritable phase de manœuvre commença le 20 mars 2003 avec la dite « attaque de décapitation », un raid aérien limité contre le lieu de résidence présumé du gouvernement irakien qui, à la vérité, échoua.

Les jours suivants, les troupes au sol franchirent la frontière irakienne et avancèrent sur Bagdad, en ne combattant les défenseurs qu’aux endroits où cela était absolument nécessaire. Le concept opératif misait sur le contrôle du sud de l’Irak avec ses champs de pétrole, afin d’entraver une utilisation possible de moyens de destruction massive contre Israël et visait la suprématie aérienne sur l’Irak ainsi que la supériorité aérienne sur Bagdad, ce qui fut facilité grâce à la présence pendant des années à des fins de surveillance des zones d’interdiction de vol.

La prise de possession de partie importante du terrain afin de garantir des voies de ravitaillement, le contrôle des côtes et des ports, l’obtention du soutien de la majorité chiite dans le sud de l’Irak ainsi que la stabilisation de l’Irak du Nord afin d’entraver une escalade des tensions entre les Turcs et les Kurdes furent d’autres objectifs. D’un point de vue militaire, il s’agissait en première ligne de combattre les repères de terroristes ainsi que d’éliminer la Garde républicaine à laquelle fut accordé une plus grande combativité qu’à l’armée irakienne régulière.

Abstraction faite d’une courte phase de faiblesse à Nassirijah (le 23 mars 2003), les troupes au sol poussèrent rapidement en avant vers Bagdad et réalisèrent par la force une importante percée des lignes de défense de la Garde républicaine à Kerbala et à Al Kut. Au bout de 21 jours et 750 km de progression, l encerclement de Bagdad commença après que l’aéroport soit tombé tout d’abord dans les mains des Alliés. L’avancée des chars de combat dans le centre de Bagdad rendit rapidement clair le fait que la résistance organisée n’existait plus et, le 1er mai 2003, le Président Bush put annoncer la fin des « major combat operations » en Irak.

La guerre en Irak montra clairement la supériorité des Alliés qui eurent du succès grâce à une synchronisation optimale de toutes les forces mises en œuvre avec une utilisation relativement faible des forces, avec un traitement et une reconnaissance globales du terrain de combat et une supériorité de commandement en résultant.



Ihre Meinung/your opinion/votre opinion: Ihre Meinung/your opinion/votre opinion

Eigentümer und Herausgeber: Bundesministerium für Landesverteidigung | Roßauer Lände 1, 1090 Wien
Impressum | Kontakt | Datenschutz | Barrierefreiheit