Bundesheer Bundesheer Hoheitszeichen

Instagram
flickr
YouTube
facebook-button
Bundesheer auf Twitter

Résumé: La transformation de la Bundeswehr (Armée fédérale allemande)

Franz-Josef Meiers

En raison du changement très profond dans l’environnement de la politique de sécurité, le Ministre de la Défense, M. Struck, se voit obligé d’adapter la structure, l’équipement et la dotation financière de la Bundeswehr aux exigences internationales en augmentation croissante.

Dans sa structure actuelle, avec un effectif d’environ 10 000 hommes engagés dans huit différentes opérations multinationales, la Bundeswehr est arrivée à la limite de ses capacités.

Le profil de compétences de la Bundeswehr avec un regard posé sur l’interopérabilité et le progrès technique des Alliés fixé dans les directives de politique de défense de mai 2003 ne peut être atteint, au niveau actuel de la structure, du matériels et de l’équipement.

La transformation a ainsi pour objectif de modifier la Bundeswehr et de la faire passer d’une armée de défense aux capacités fonctionnelles de réaction en cas de crise à une armée d’intervention pouvant satisfaire aux obligations internationales de l’Allemagne face à l’ONU, l’OTAN et l’UE.

La défense ne se laisse plus limiter géographiquement, elle est le garant de la sécurité nationale, peu importe l’endroit ou celle-ci est menacée. De même, les OPEX ne sont plus une tâche supplémentaire à la mission de défense ; elles sont devenues à leurs places la structure des tâches principales des forces armées allemandes. L’orientation des missions de la Bundeswehr vers leurs tâches les plus vraisemblables réclame des structures et des capacités, de pouvoir déployer les forces armées rapidement et en tout lieux et de les mettre en situation de pouvoir supporter une mission dans un endroit très éloigné sur une longue période.

A ces conditions, les points principaux de la transformation sont la réduction du volume du personnel militaire de 285 000 à 250 000 soldats jusqu’en 2010; la répartition de la Bundeswehr en 3 catégories de forces interarmées formées, équipées et déployées chacune selon leur mission; la fermeture de 100 garnisons, dont le chiffre total s’élèvera finalement à 500; l’adaptation du service national de 9 mois aux nouvelles tâches quoique les classes d’âge ne seront pas complètement épuisée à l’avenir.

En outre, la planification équipement et acquisition sera adapté aux exigences futures des scénarios de missions les plus probables, aux compétences opérationnelles et technologiques définies par l’OTAN et l’UE et aux besoins d’une mission interarmées.

Une Bundeswehr performante doit garantir sa possibilité d’action aux côtés des partenaires de l’Alliance selon les nouvelles données technologiques militaires du commandement des opérations en réseau et, de ce fait, permettre à la République fédérale d’Allemagne de rester capable d’agir dans un contexte multilatéral dans le domaine de la politique de sécurité.

Le talon d’Achille de la transformation de la Bundeswehr se dessine toutefois, comme dans le passé, dans la transposition matérielle.

Si l’on désire élever le niveau des missions de défense à celui de l’Angleterre et de la France (2,5% du PIB) il faudrait augmenter le budget allemand consacré à la défense s’élevant actuellement à 24 milliards d’euros, de 16 milliards d’euros pour le faire passer à 40 milliards.

Etant donné que ces valeurs sont irréalistes, la question d’appréciabilité et de la sûreté des attentes de l’orientation multinationale de l’Allemagne se pose.

La transformation de la Bundeswehr dévoile ainsi un conflit d’orientation de principes de la politique extérieure et de sécurité allemande entre l’accomplissement des attentes externes et internes.



Ihre Meinung/your opinion/votre opinion: Ihre Meinung/your opinion/votre opinion

Eigentümer und Herausgeber: Bundesministerium für Landesverteidigung | Roßauer Lände 1, 1090 Wien
Impressum | Kontakt | Datenschutz | Barrierefreiheit