Bundesheer Bundesheer Hoheitszeichen

Instagram
flickr
YouTube
facebook-button
Bundesheer auf Twitter

Résumé: Leçons non apprises...

Rupert Wenger

Bien que la guerre russo-japonaise de 1904/05 ait anticipé la plupart des particularités caractéristiques de la Première Guerre mondiale dans les domaines de la technique d’armes, de la tactique et de la conduite des opérations, les nombreux analystes observant précisément cette guerre des deux côtés du front n’arrivèrent pas à tirer les conclusions nécessaires.

Ce fut particulièrement la Bataille de la fortification de Port Arthur qui montra la plupart des parallèles de la guerre de tranchées et d’usure de la Première Guerre mondiale.

La guerre russo-japonaise a prouvé clairement que l’espace et le besoin de temps pour les batailles de la guerre étaient en train de croître, que l’effet de l’élément «feu» a augmenté de façon dramatique par l’introduction des fusils à répétition et des mitrailleuses et que le soldat et son système d’arme devait, si possible, rester couvert sur le champs de bataille.

L’élément de l’attaque - le corps à corps à l’arme blanche - perdit de son importance. L’artillerie ne combattait plus à partir de positions ouvertes employant la procédure du tir direct, mais dans des positions couvertes en utilisant le tir indirect ce qui vit parallèlement une augmentation rapide de la durée et de l’intensité de la préparation de l’artillerie.

Pendant le siège de Port Arthur, les deux parties ont opéré de façon accolée; les contournements au niveau tactique étaient limités aux positions et lacunes du dispositif de défense les plus exposés. Les 4 offensives japonaises contre la fortification furent menées frontalement et échouèrent car la percée du dispositif de défense russe ne fut jamais réellement atteinte. La quatrième offensive connut toutefois un succès partiel, parce que la conquête temporaire des positions avancées russes sur la haute montagne créa la condition pour la destruction de la flotte pacifique russe. Celle-ci fut décisivement battue par des forces japonaises supérieures dans la bataille navale de Tsushima, bien que Moscou ait envoyé en renfort la flotte balte en Extrême-Orient à la suite de premières pertes en 1904.

L’importance des offensives frontales pour un théâtre de guerre européen ainsi qu’un surplomb à la vitesse pour le défenseur menant ainsi à un engourdissement des fronts et à des batailles d’usure auraient pu être tiré des expériences de la guerre russo-japonaise. La défense s’était montrée supérieure à l’offensive.

Les observateurs de cette guerre en Extrême-Orient étaient cependant dépassés par une telle analyse. Il aurait plutôt fallu un élément d’analyse haut placé dans la hiérarchie militaire qui aurait pu transformer de façon conséquente tous les résultats en doctrine et développement d’armes.



Ihre Meinung/your opinion/votre opinion: Ihre Meinung/your opinion/votre opinion

Eigentümer und Herausgeber: Bundesministerium für Landesverteidigung | Roßauer Lände 1, 1090 Wien
Impressum | Kontakt | Datenschutz | Barrierefreiheit