Bundesheer Bundesheer Hoheitszeichen

Instagram
flickr
YouTube
facebook-button
Bundesheer auf Twitter

Résumé: De quoi demain sera-t-il fait : défendre Israël sans les Territoires

Martin van Creveld

Pour Israël, l’occupation de la bande de Gaza et de la Cisjordanie s’est transformée en une plaie ouverte, qui ne se contente pas de saper le moral de la population mais lie aussi de précieuses ressources. Israël est menacé, aujourd’hui, avant tout, par le terrorisme palestinien et la construction d’un mur est la bonne réponse, du point de vue militaire et politique, à cette menace, si elle est accompagnée par un retrait d’Israël des territoires occupés.

L’argument, comme quoi Israël aurait besoin des territoires occupés pour jouir d’une influence stratégique, n’est plus valable depuis déjà longtemps: si l’on établit une comparaison avec 1967 et 1973, où Israël s’opposa à des forces arabes 2,5 fois plus puissante qu’elle, le rapport des forces s’est, aujourd’hui, modifié et penche en faveur d’Israël. La Syrie manque d’aide de la part de l’Irak ; en outre, son adversaire : la Turquie, a contracté avec Israël des relations étroites ; l’Irak est absent pour longtemps en temps que facteur de domination et les forces armées iraniennes sont trop éloignées, pour jouer un rôle important. Les forces jordaniennes et libanaises sont trop vulnérables ; il ne reste que l’Egypte mais qui, en raison de sa dépendance vis-à-vis de l’aide économique et militaire américaine, ne se risquera pas à une passe d’armes contre Israël.

La défense d’Israël aura naturellement un coût élevé et exigera des solutions novatrices, qui défieront tant l’équipe politique dirigeante que les forces armées et l’industrie de l’armement. La Révolution dans les Affaires militaires procure une importance accrue à la force de feu par rapport à la mobilité. Les forces armées nationales israéliennes devraient être capables à elles seules de rivaliser avec n’importe quelle puissance armée, qui serait en mesure de créer un Etat palestinien. La bande de Gaza ne représente pas, pour ainsi dire, en raison de sa position isolée, une menace et n’importe quel agresseur qui devrait se rassembler en Cisjordanie, se trouverait confronté à un mouvement israélien de tenaille.

Un retrait israélien unilatéral des territoires occupés ne résout pas, cependant, le problème des réfugiés et crée même de nouveaux problèmes, tels que la maîtrise de l’eau, thèmes qui ne trouvent pas d’écho, cependant, dans cette analyse militaire.



Ihre Meinung/your opinion/votre opinion: Ihre Meinung/your opinion/votre opinion

Eigentümer und Herausgeber: Bundesministerium für Landesverteidigung | Roßauer Lände 1, 1090 Wien
Impressum | Kontakt | Datenschutz | Barrierefreiheit