Bundesheer Bundesheer Hoheitszeichen

Instagram
flickr
YouTube
facebook-button
Bundesheer auf Twitter

RĂ©sumĂ©: La Turquie en passe de devenir une « grande puissance de l‘eau » ?

Heinz Brill

Depuis des milliers d‘années, l‘eau est, au Proche-Orient, un bien rare et la prévision, selon laquelle la prochaine guerre au Proche-Orient ne portera pas sur le pétrole mais sur l‘eau, n‘est pas irréaliste. Au centre de ces réflexions se trouve la « politique de l‘eau » de la Turquie, qui est à la recherche d‘un nouveau rôle dans les relations internationales comme suite à la fin du conflit Est ‑ Ouest.

Le projet turc de barrage GPA (Grand Projet anatolien) sur l‘Euphrate et le Tigre et l‘un des plus grands projets de construction hydraulique du Monde et à la fois le plus vaste projet de développement dans l‘histoire de la Turquie. Ce projet doit permettre de parvenir à l‘élaboration d‘une production agricole moderne, à l‘utilisation du potentiel énergétique hydraulique, à l‘exploitation industrielle de l‘Anatolie du Sud-Est et à la stimulation du tourisme. Sur le plan de la politique extérieure, le GPA doit avant tout mettre en relief l‘exigence de domination politique, économique et militaire de la Turquie dans la région.

La Turquie contrôle presque la totalité de l‘eau de l‘Euphrate et plus de 50 % de l‘eau du Tigre et, ce faisant, les artères vitales de l‘Irak et de la Syrie. Les deux pays sont plus ou moins dépendants de la bonne volonté de la Turquie, même si une conférence tripartite permanente surveille le bonne répartition des ressources en eau. Les intérêts différents entre les trois pays limitrophes qui bordent l‘Euphrate et le Tigre n‘ont en aucune manière des motivations exclusivement hydrologiques ou techniques mais en premier lieu des motivations historiques ou politiques. La question kurde est un exemple classique de la manière dont des intérêts stratégiques instrumentalisent le conflit de l‘eau.

Outre le GPA, il y a cependant, encore, une série d‘autres projets, comme celui d‘Özal sur la « conduite d‘eau de la paix » du Sud de la Turquie jusqu‘à La Mecque ; le projet de la rivière Manavgat, suivant lequel des grands pétroliers doivent acheminer de l‘eau potable par voie maritime vers Israël ou le projet d‘un oléoduc par grands fonds de l‘Anatolie vers le Nord de Chypre. Toutefois, la Turquie ne pourra pas exporter de l‘eau sans réserve, parce que l‘agglomération d‘Istanbul souffre, aujourd‘hui déjà, d‘une pénurie d‘eau.

Si la Turquie réussit à appliquer aux ressources en eau une politique opérationnelle, plus rien ne s‘oppose à la montée d‘une puissance régionale dominante au Proche-Orient. Toutefois, il faut tout d‘abord que le problème kurde trouve une solution satisfaisante et que les rapports avec la Syrie et l‘Irak soient améliorés.



Ihre Meinung/your opinion/votre opinion: Ihre Meinung/your opinion/votre opinion

Eigentümer und Herausgeber: Bundesministerium für Landesverteidigung | Roßauer Lände 1, 1090 Wien
Impressum | Kontakt | Datenschutz | Barrierefreiheit