Bundesheer Bundesheer Hoheitszeichen

Instagram
flickr
YouTube
facebook-button
Bundesheer auf Twitter

RĂ©sumĂ©: A sa majestĂ© le bâtiment de combat Szent István ‑ Le cuirassĂ© hongrois

à la lumière de rapports de témoins de l‘époque

Dieter Winkler/Erwin Sieche/Walter Blasi

Le 17 janvier 1914 fut lancé dans le port de Bergudi, près du port de Fiume, le bâtiment de combat Szent István, qui devait apporter la preuve de la puissance de l‘Industrie hongroise ; la mise à l‘eau elle-même n‘était pas placée sous une bonne étoile : elle exigea une perte de vie humaine et un blessé grave et suscita une quasi-collision avec le navire jumeau Tegetthoff.

Le cuirassé, qui signalait un changement de paradigme dans la construction navale, fut construit par la Société Ganz & Co. Danubius à Bergudi, où l‘on fut tout d‘abord tenu d‘augmenter la capacité de production du chantier naval ; le fait que la construction ait lieu sur un chantier naval hongrois fut une décision politique, qui fut précédée de longs tiraillements. Le 29.01.1912 eut lieu la mise en chantier du bâtiment de combat, qui fut achevé en deux ans. Le bâtiment de combat Szent István ne fut mis en service que pendant la guerre, le 17 novembre 1915, « sous réserve ». Les pièces d‘artillerie, réalisées par la fabrique d‘armement de la ©kodawerke A.G., furent ajoutées dans les deux jours qui suivirent.

La flotte impériale et royale se trouvait à ce moment-là dans une situation précaire, parce qu‘elle était bloquée, pratiquement, dans la Haute-Adriatique, à cause du contrôle allié qui s‘exerçait sur le canal d‘Otrante. Pour cette raison, le Szent István se tint au mouillage pour plus de 94 % de son temps à Pola et, au cours des au total 54 jours de mer, l’équipage ne put accumuler aucune espèce d’expérience maritime.

Au cours de l‘offensive de juin 1918, la Marine dut attaquer massivement l‘obstacle d‘Otrante et soutenir ainsi les forces armées terrestres du front Sud-Ouest ; les dates d‘attaque ne furent, cependant, pas coordonnées. Le début précoce de l‘attaque de la Marine se solda par un désastre : une patrouille légère italienne de vedettes lance-torpilles, qui se trouvait en cours de repli, aperçut les bâtiments de combat qui arrivaient et envoya par le fond le Szent István avec deux torpilles, qui atteignirent si bien leur cible que le navire n’avait aucune chance de tenir. Le Szent István sombra et entraîna dans la mort 89 marins ; souvent des années plus tard, les survivants de la tragédie jetèrent leurs souvenirs sur le papier, ceux-ci permettant de retracer minutieusement le déroulement des événements et de l’agonie.



Ihre Meinung/your opinion/votre opinion: Ihre Meinung/your opinion/votre opinion

Eigentümer und Herausgeber: Bundesministerium für Landesverteidigung | Roßauer Lände 1, 1090 Wien
Impressum | Kontakt | Datenschutz | Barrierefreiheit